J’ai quitté Lima pour la seconde fois sans regret. Cette ville grise, qui semble être noyée dans un éternel brouillard, ne me plaît décidément pas.

N’ayant naturellement pas réservé mon bus pour Nazca, on m’apprend qu’il n’y a plus de places. Qu’à cela ne tienne, je prends un premier bus pour Ica, et de là, un deuxième pour Nazca. Cela ne m’aura pas coûté plus cher, et ne m’aura rallongé que de 30 minutes. Sur un trajet de 8h, on n’est plus à ça près ! J’ai ainsi pu tester deux compagnies différentes, Cruz del sur et Peru bus. Je voue désormais un amour éternel à Cruz del Sur. Pour un prix relativement modeste, on a des sièges confortables, un repas, et un écran à chaque siège, comme dans un avion, mais avec accès internet en plus. C’est ce que j’appelle voyager avec classe (j’ai ainsi pu commencer à rattraper mon effroyable retard cinématographique en visionnant le dernier film de SF avec Will Smith et son fils. C’était très mauvais). Du coup, je les ai choisis pour mes 14h de bus pour Cusco, de nuit, demain. Je devrais ainsi arriver pas trop déglinguée ! Peru bus est beaucoup moins cher (3euros pour 3h de bus Ica-Nazca contre 20euros pour 4h30 de bus Lima-Ica), mais le confort est en conséquence. Au moins, cela m’a rappelé les bus du Mexique ! Les problèmes d’insécurité semblent d’ailleurs plus présents au Pérou qu’au Mexique. Beaucoup d’officiels m’ont dit de faire attention à mes sacs, alors que je n’ai jamais eu de remarques au Mexique (il est également possible que les Mexicains se moquent royalement des affaires des touristes).

Arrivée à Nazca, je réserve auprès de mon hôtel un vol pour survoler les lignes le lendemain. Le gérant m’informe que les vols des jours précédents ont été annulés à cause du mauvais temps. Mais la chance est avec moi, il a fait beau aujourd’hui !
Malgré tout, les vols des jours précédents ayant été reportés à aujourd’hui, il m’a fallu attendre 7 longues heures. Indubitablement, ce tour du monde m’aura appris la patience, je ne sourcille même plus. J’en profite pour lier connaissance avec un allemand et son fils qui séjournent dans mon hôtel.

Vient enfin notre tour ! La première fois que j’ai entendu parler de Nazca, je devais avoir 8 ou 9 ans, je lisais un Alice détective, de la bibliothèque verte, et l’héroïne survolait les lignes pour les besoins d’une enquête. Je me souviens avoir été fascinée par la description de la figure du singe. Autant vous dire que 20 ans plus tard, j’étais plus que motivée !

Nous embarquons dans un petit avion de 5 places :

IMG_3689

Je ne faisais pas la même tête à l'atterrissage !
Je ne faisais pas la même tête à l’atterrissage !

Nous nous envolons donc. Au début, tout va bien, le paysage est impressionnant !

IMG_3718

Au bout de plusieurs « penchages » abrupts à droite et à gauche afin que tout le monde puisse admirer les figures, je commence à me sentir dangereusement nauséeuse. Je n’étais déjà pas hypra bien avant le décollage (je blâme l’anti-palu que je dois prendre à cause de mon passage dans la jungle), mais là, je me demande sérieusement si je ne vais pas mourir. Les autres passagers n’ont pas l’air mieux. Malgré tout, je prends des photos.

Pour vous donner une idée du degré de "penchage"
Pour vous donner une idée du degré de « penchage »

J’ai zoomé pour que vous voyiez mieux, les photos sont donc de moins bonne qualité qu’habituellement :

Le chien
Le chien
La baleine
La baleine
L'astronaute
L’astronaute
Le fameux singe
Le fameux singe
Le colibri
Le colibri
Le condor
Le condor
L'araignée
L’araignée
L'arbre
L’arbre
Les mains
Les mains

Je suis vraiment contente d’avoir réalisé ce rêve de gamine, les lignes sont impressionnantes même à travers la nausée, mais je ne le referai pas ! Les petits avions ne sont pas faits pour moi !