J’ai quitté Arica hier soir pour San Pedro de Atacama, et son désert ! Après les bus pourris du Pérou et ses routes tortueuses, Tur Bus, compagnie chilienne, m’a paru merveilleuse. J’y ai mieux dormi que dans les autres, malgré un réveil à 1h du mat pour rendre les passeports (je n’ai pas cherché à comprendre…) et un autre à 4h pour la douane (celui là était un peu plus violent. Devoir sortir dans le froid pour faire passer une radio à sa valise après 3 pauvres heures de sommeil m’a moyennement amusée…). Naturellement, je suis arrivée avec une heure trente de retard à Calama, et j’ai craint d’avoir raté ma correspondance pour San Pedro, mais que nenni, ce bus là était aussi en retard ! Ah, tous ces trajets merveilleux qui m’attendent ! (Oui, je parle beaucoup de bus. Je passe beaucoup de temps dans les bus. Compatissez).

Je suis donc arrivée ce matin après 13h de trajet dans le petit village de San Pedro, 5000 habitants, en plein milieu du désert. Pour une fois, j’avais réservé un hôtel, ce dont je me suis félicitée en voyant plusieurs touristes trouver porte close. Pour les 5 prochains jours, j’ai une chambre pour moi toute seule ! Bon, elle tient plus de la cellule de moine qu’autre chose, et la salle de bains est partagée, mais rester aussi longtemps au même endroit, et surtout dans une chambre pour moi toute seule, ne m’était pas arrivé depuis quelques mois, je suis donc ravie !

Comme nous sommes à 2400 mètres de haut, je retrouve ce foutu climat péruvien : chaud la journée, glacial la nuit. Je suis présentement dans ma chambre, avec un pull en alpaga, mon poncho, des chaussettes en polaire (achetées avec sagesse à Arica), des chaussettes normales par dessus, 4 couvertures, et mon duvet (yep, sexy is my middle name…). Que je ne vous entende plus vous plaindre de la pluie à Paris 😀 !

A peine arrivée, je pars en quête d’un ranch conseillé par le routard et tenu par une française. Elle me propose plusieurs excursions, mais celle qui me tente le plus part dans l’après midi, pour une durée de 5h. Dans mon inconsciente folie, j’accepte et avale rapidement mon déjeuner, sans prendre le temps de réfléchir au fait que, peut-être, après 13h de bus, mes jambes apprécieraient peu de se retrouver pliées pendant 5 autres heures (elles n’ont pas appréciées, du tout. Demain sera souffrance).

Nous sommes 3 français et un guide. J’ai la chance d’avoir une jument vive, les autres traînent un peu la patte. Nous voilà partis pour une ballade sur la cordillère de sel et à travers la vallée de la mort !

IMG_4485

IMG_4491

IMG_4503

IMG_4526

Cette promenade à cheval restera dans mon top 3 des meilleurs moments de ce tour du monde. Se promener à dos de cheval, lentement donc, seuls, dans ce paysage fantastique, est magique.

IMG_4535

IMG_4551

IMG_4577

La descente des dunes est un grand moment, le paysage est majestueux et l’allure des chevaux aérienne.

IMG_4602

IMG_4612

IMG_4621

IMG_4623

IMG_4624

Je sens que je vais aimer le Chili !