Cela fait trois jours qu’il pleut à Auckland. Lorsque je dis qu’il pleut, je veux dire qu’il pleut, plus ou moins fortement, sans discontinuer. Depuis trois jours. Suffisamment pour que je me retrouve trempée au bout de deux heures de balade (je ne sais pas toujours quand m’arrêter…) et que je doive faire face demain matin au dilemme suivant : adidas mouillées, converses mouillées, ballerines et la mort. Bref.

Voici un petit aperçu de la situation, pour que vous vous rendiez bien compte que je n’exagère pas :

IMG_2971

Cette scène de désolation se répète assez régulièrement. Je me suis toutefois abstenue de prendre d’autres photos, de peur de lancer une rumeur selon laquelle les français seraient des cinglés qui photographient des parapluies dans des poubelles… Bref, l’heure est grave !

Après plusieurs sorties infructueuses, j’ai décidé de rattraper mon retard cinématographique.
C’est ainsi qu’hier après midi, au hasard de mes pérégrinations, je suis tombée sur un petit cinéma de quartier. Ici, pas de M&Ms et de Coca Light, mais verre de vin, chocolat chaud et glace maison !

IMG_2968

C’est autre chose que l’UGC de Châtelet ! Le seul film programmé à ce moment là étant Magic in the moonlight, de Woody Allen, je me décide à aller le voir. Il faut savoir que je regrette quasi systématiquement d’avoir vu un film de Woody Allen. Je suis encore traumatisée par le oh combien dépressif Blue Jasmin. Mais là, surprise, émerveillement, joie, bonheur ! Magic in the moonlight est un très bon film, très drôle ! Mention spéciale au cynique et misanthrope Colin Firth ! Je vous le recommande chaudement.

En revenant, je suis tombée sur ces magnifiques petits cupcakes :

IMG_2969

Aujourd’hui fut consacrée à la location d’une voiture, ce qui est chose faite pour 12 euros par jour, GPS inclus ! Je récupère jeudi ce qui sera mon compagnon de route pour les deux prochains mois. J’appréhende beaucoup la conduite de l’autre côté, ayant déjà du mal en tant que piétonne (à ma décharge, il y a deux feux différents pour les voitures, selon qu’elles vont tout droit ou qu’elles tournent, et ce n’est pas synchronisé, ce qui donne l’impression qu’il y a des voitures PARTOUT !). Je pense faire une petite pancarte que je mettrai à l’arrière de ma voiture, disant « Please be patient, I’m French », accompagné d’un dessin de chaton. En effet, si tout le monde n’aime pas forcément les français, toute personne normalement constituée aime les chatons. Je devrais donc ainsi éviter de me faire insulter à chaque fois que je ferai n’importe quoi, ce qui devrait arriver régulièrement.

J’ai ensuite pu déjeuner dans un japonais peu cher, qui avait le bon goût de passer « La mer » de Charles Trenet. Celles qui savent comprendront. Il y a une très grosse communauté asiatique à Auckland, et du coup énormément de restos et boutiques japonaises ou coréennes, ce qui est plutôt cool (rien ne vaut une boutique japonaise un jour de pluie !).

Après un détour par la Sky Tower, grande tour notamment connue car des gens en sautent pour le plaisir (ils sont attachés, je vous rassure), mais que j’ai renoncé à visiter à cause du manque de visibilité, je suis de nouveau allée au ciné, cette fois ci voir Lucy, de Luc Besson. Je pense que What The Fuck est le meilleur résumé possible pour ce film, mais Scarlett en super badass est quand même sympa, et tout bon parisien appréciera la façon dont elle remonte la rue de Rivoli en sens inverse.

Sinon, il paraît que c’est la rentrée pour la plupart d’entre vous. Je vous envoie toutes mes condoléances, moi il me reste 6 mois de vacances. Oui, vous avez le droit de me haïr.
Ah, et sinon, le premier qui me dit à quel poème fait référence le titre de cet article (sans l’aide d’internet, merci) gagne une carte postale dédicacée !