J’ai pu ressentir mon premier tremblement de terre de 5,5 durant ma nuit à Wanganui. Réveillée en pleine nuit par les murs qui tremblaient, j’ai cru qu’il s’agissait d’une tempête (je dois être encore traumatisée par l’expérience dans mon wagon) avant d’être détrompée le lendemain matin par le gérant. La Nouvelle Zélande est décidément un pays à risques !

Sur la route pour Wellington, je décide de faire un détour pour Otaki :

IMG_4208

IMG_4212

IMG_4226

IMG_4232

J’arrive enfin à Wellington, surnommée Windy Welly par ses habitants. Et en effet, ça décoiffe ! Par contre, j’ai pour la première depuis un mois (déjà un mois !) du ciel bleu pendant plusieurs jours. Cela commençait à me manquer !

IMG_4254

Je n’ai finalement pas visité le centre ville, que je garde en réserve pour mon retour sur l’île nord.

J’ai préféré me balader sur le Mont Victoria, qui offre une belle vue sur la ville et une forêt où il est agréable de se promener :

IMG_4260

IMG_4266

IMG_4278

J’ai ainsi pu découvrir des arbres recouverts de pommes de pin :

IMG_4283

IMG_4285

IMG_4286

Wellington a également l’avantage d’être entouré par la mer, ce qui offre une multitude de très jolies baies, dont celle de Lyall:

IMG_4304

Je suis ensuite allée faire un tour à Weta Cave, qui a de nombreuses figurines du Seigneur des Anneaux et du Hobbit:

IMG_4314

IMG_4318

IMG_4320

Je profite de mon escale à Welly pour goûter les Gold Kiwis. Ce sont des kiwis plus doux que les verts, et je suis fan. Vraiment. Le problème avec les kiwis verts, c’est que c’est souvent quitte ou double. Et plus souvent quitte que double. Ce qui fait que, face à la navrante perspective de me retrouver face à un mauvais kiwi, je renonce souvent à en acheter (je n’achète pas souvent des fruits, et cela me déprime du coup profondément quand ils sont mauvais…). Je pensais être mauvaise en choix de kiwis, mais j’en ai parlé à plusieurs personnes qui m’ont révélé avoir le même problème ! Alors qu’avec le Gold Kiwi, que nenni ! J’en ai mangé plusieurs, tous bons ! Voilà, si vous en trouvez, achetez-en !

Je trouve également enfin du travail à Wellington. En effet, mon budget étant plus que serré, je m’étais mise en quête d’un boulot sur Elance. Je recommande ce site qui offre de nombreuses annonces, notamment pour des postes d’assistantes « virtuelles » (j’ai l’impression d’être Scarlett dans Her, mais en fait pas du tout). C’est naturellement mal payé et peu intéressant, mais je suis toujours partie du principe qu’être difficile n’était pas un luxe que je pouvais me permettre quand j’ai besoin d’argent. Me voici donc engagée pour 7 à 10h de fastidieuses recherches par semaine. Et je vais peut-être avoir une autre mission complétement dingue, qui m’enthousiasme beaucoup plus, à savoir aider un Danois à battre le record du plus grand nombre de pays visités en 24h !!

Le lendemain, je pars à la découverte de Rivendell :

IMG_4324

IMG_4331

IMG_4335

J’ai beau être fan, je dois avouer que le lieu manque un peu d’intérêt en soi. Par contre, le parc dans lequel il est situé est plutôt sympa !

IMG_4351

J’ai pris hier le ferry pour venir sur l’île sud. Beaucoup de gens m’avaient conseillé de faire cette traversée de jour, je comprends vite pourquoi !

IMG_4357

IMG_4366

IMG_4377

IMG_4381

IMG_4398

Je fais la connaissance de Lara, une allemande en Nouvelle-Zélande depuis un an, déprimée à l’idée de rentrer chez elle dans quelques jours. Cette rencontre est un bon déclencheur. Je ne veux pas me sentir comme ça lorsque je rentrerai en France. Quelques jours après mon bilan des 5 premiers mois, je le prends comme un signe. Il est temps que je me mette à trouver des réponses. Je décide donc aujourd’hui de consacrer ma matinée à des bilans de compétences et des tests de personnalité professionnelle. Il en ressort le joyeux constat que je suis une control freak perfectionniste trop critique, doublée d’une idéaliste dans l’incapacité de se détendre et d’accepter ses émotions. Ce qui est malheureusement vrai, même si ça ne m’avance pas beaucoup dans le choix de ma reconversion. Ayant en plus de tout ça un fort esprit de contradiction, j’ai décidé de me détendre et de profiter du sauna à disposition dans mon auberge (est ce que ce n’est pas trop cool ?). Au bout d’une minute, je me suis dit que je devrais mettre ce temps à profit pour réfléchir aux raisons de mon incapacité à me détendre, avant de me rendre compte que « mettre à profit » ce temps de détente était contre-productif. J’ai tenu 20 minutes, je suis assez fière de moi (même si je dois reconnaître ne pas me sentir plus détendue…). J’ai bien peur que le chemin soit encore long avant que je trouve ma voie…