L’arrivée à Phnom Penh se passe sans encombre. Les formalités pour l’obtention du visa sont un peu pénibles, principalement à cause d’un certain manque d’organisation, mais au bout d’une heure, je suis sortie. Le chauffeur de tuk-tuk envoyé par ma guesthouse est là, tout va bien !

Si je trouvais la circulation en Thaïlande aléatoire, ici, c’est carrément le bordel. Le code de la route semble inexistant, les deux-roues et les tuk-tuks se faufilent en tous sens, ce qui peut par moment être franchement stressant. Au bout de 40 minutes, nous arrivons à bon port. Il fait déjà nuit, je me contente donc de suivre les recommandations de mon hôte pour trouver un micro-restaurant où je goûte un Loclac au boeuf plutôt bon.

Le lendemain, je pars à l’attaque de Phnom Penh. Cette ville est étourdissante. Il y a peu de trottoirs, obligeant ainsi à marcher sur la route et à subir les sollicitations permanentes des tuk-tuks. Il fait aussi plus chaud qu’en Thaïlande. Et il y a deux monnaies ici, le dollar américain et la monnaie locale, le riel, qui semblent tout autant utilisées. C’est un peu perturbant au début, et j’ai parfois du mal à faire les conversions, mais on s’y fait.

Je commence ma journée avec un petit déjeuner dans une boulangerie française. Presque 7 mois que je n’avais pas mangé un vrai pain au chocolat ! Je pars ensuite au musée national des Beaux-Arts, afin de combler mes énormes lacunes en terme d’histoire cambodgienne. C’est moi, ou l’Asie passe curieusement à la trappe dans notre programme éducatif ?
On ne peut pas prendre de photos à l’intérieur du musée, mais j’y apprends que l’hindouisme a longtemps prédominé au Cambodge. Les statues sont superbes !

Je décide ensuite d’aller faire un tour au marché russe, nommé ainsi car il était très fréquenté par les russes à une époque. J’y retrouve l’impression d’étouffement que j’avais déjà ressenti à Bangkok : allées longues et étroites, dédales, on y trouve de tout :

IMG_9275

IMG_9278

IMG_9283

IMG_9285

IMG_9301

On y trouve également fruits, légumes, viande et poisson :

IMG_9290

IMG_9294

IMG_9303

IMG_9305

IMG_9306

IMG_9307

IMG_9308

IMG_9309

IMG_9313

Lorsque je rentre à mon auberge, il est à peine midi mais je me sens tellement exténuée que je m’endors aussitôt. Lorsque je me réveille 3h plus tard, j’ai mal à la tête, des vertiges, des douleurs musculaires, le souffle court et des palpitations. Le reste de la journée et une bonne partie de la nuit se passent à essayer de trouver une position supportable. Aujourd’hui, ça va un peu mieux, même si je ne me sens pas le courage d’affronter le tumulte de la ville. Espérons que cela aille mieux demain et que je puisse retourner découvrir les merveilles du Cambodge ! Si vous n’entendez plus jamais parler de moi, c’est que j’aurai probablement succombé à un virus asiatique, alors soyez cools, écrivez moi un mémorial sympa !