La faute à un mauvais wifi et à une certaine fatigue, j’ai pris du retard dans mon blog. Du coup, vous allez avoir un article un peu fourre-tout, à deux jours de mon départ du Japon. Difficile d’imaginer que ça fait déjà un mois que je suis là. Mais l’heure du bilan n’a pas encore sonné !

Kyoto, donc. Je décide d’aller y faire un premier tour jeudi dernier. Depuis Osaka, ce n’est qu’à 30 minutes en train. Une broutille, donc ! En me réveillant, je me rends compte qu’il pleut. Beaucoup. Mais vraiment beaucoup. Une pluie à transpercer vos vêtements en moins de 10 minutes. Etant à l’occasion un peu trop optimiste pour mon propre bien, je me dis que ça ne devrait pas tarder à cesser. Spoiler alert: il a plu sans discontinuer jusqu’au soir… A de rares exceptions près, je déteste la pluie. Profondément. Probablement parce que je n’ai jamais les bonnes chaussures, et que je ne pense jamais à prendre de parapluie (les parapluies me font toujours un peu peur, un oeil crevé par une baleine est si vite arrivé…). Bref. A mon arrivée à la gare d’Osaka, je suis trempée. Et en descendant à Kyoto, je constate avec désespoir que la pluie n’a fait que redoubler. Je pars quand même en direction du sanctuaire Fushimi-Inari, mais à peine j’y pose un pied que je renonce. Mais j’y trouve un grand parapluie, que je ne sais pas comment ramener en France, car il fait deux fois la taille de John (mon sac à dos).

IMG_5198

Je rebrousse donc chemin, pour aller visiter le marché Nishiki, qui est couvert. On y trouve quantité de choses étranges à manger. J’ai testé un bâtonnet de racine de lotus frit. Il y a peu de poubelles au Japon, il faut donc faire très très attention à ce que l’on commande, sous peine de se retrouver coincé avec un aliment immonde dans la main jusqu’à la fin de sa vie (ou de la journée). La racine de lotus, c’est bizarre. Déjà, la texture, assez gélatineuse. Puis le goût. Sans être franchement mauvais, on ne peut pas vraiment qualifié ça de bon. Je n’ai pas eu le courage de tester autre chose.

Il y a deux albums sur Kyoto sur la page FB, je vous mets donc ce que j’ai préféré seulement.

IMG_5058

IMG_5062

IMG_5075

Si ce qu’on y trouve est intéressant, le marché Nishiki représente néanmoins assez bien ma représentation de l’enfer : des gens partout, qui n’avancent pas, et qui s’agglutinent en une masse compacte qu’il est très difficile de traverser.

Je décide ensuite d’aller visiter le musée de Kyoto. Je m’arrête au passage pour visiter deux temples, Higashi et Nishi. La pluie rend l’atmosphère étrange.

IMG_5085

IMG_5111

IMG_5117

IMG_5148

Je croise une pauvre âme trempée dans les rues :

IMG_5201

Arrivée au musée, on me dit qu’il est fermé pour des excavations archéologiques. Mais les jardins sont ouverts à la visite. Au point où j’en suis, je me dis que je peux difficilement être plus trempée…

IMG_5223

IMG_5235

A part quelques jolies fleurs, les jardins ont assez peu d’intérêt, et je rentre donc à Osaka.

Le lendemain, le temps est gris mais il ne pleut pas. Je choisis résolument de ne pas prendre mon parapluie, en priant pour que la météo se range à mon côté. Et bien, ça a marché !

Je retourne au sanctuaire, très très grand. Et aux (trop) nombreuses marches. Je me félicite alors d’avoir rebroussé chemin la veille. Je pense qu’avec la pluie et les marches, je serais arrivée à mi parcours sans pouvoir plus ni continuer ni revenir en arrière, et j’aurais fini par me noyer de désespoir dans mon parapluie. Pas aussi distingué que le harakiri, mais bon, on fait avec les moyens du bord ! Heureusement, cette fin tragique m’a été évitée.

Ce qui est particulièrement joli, à Inari, ce sont les successions de portiques oranges.

IMG_5272

IMG_5289

IMG_5292

IMG_5306

IMG_5312

En voulant aller au sommet, je me perds. Merci les panneaux japonais ! Et je me retrouve ainsi à errer en pleine forêt, pendant un bon moment, sans voir âme qui vive. Je finis finalement par retrouver le sanctuaire, mais fatiguée, je renonce à voir le sommet. Je décide d’aller voir le château Nijo.

IMG_5337

IMG_5348

IMG_5355

IMG_5359

Je suis trop épuisée pour continuer ma visite de Kyoto. La ville m’a fait une bonne impression, plus calme que Tokyo sans doute, mais il faudrait que j’y revienne une autre fois pour l’explorer plus tranquillement.

De retour à Tokyo, je décide d’aller visiter Kamakura, à une cinquantaine de kilomètres. Il y a beaucoup de temples, ainsi qu’un Bouddha géant. J’avoue commencer à me lasser des temples, je ne visite donc que les principaux.

IMG_5454

J’aime beaucoup le travail du bois.

IMG_5455

IMG_5456

IMG_5458

IMG_5465

IMG_5467

IMG_5473

IMG_5487

Le Bouddha est quant à lui très impressionnant !

IMG_5520

IMG_5535

Pour quelques yens, on peut pénétrer à l’intérieur, ce qui me donne malgré moi un sentiment de profanation.

IMG_5539

Vous pouvez contempler les pensées de Bouddha !

Ces derniers jours, je visite les quartiers de Tokyo que je n’avais pas eu le temps de bien voir. Shibuya, branché, où j’ai vu de rares oeuvres de street art (il semble y en avoir très peu au Japon, ou alors je ne sais pas où regarder) :

IMG_5386

J’aime tout particulièrement le parc du quartier de Shinjuku, entouré de grands immeubles.

IMG_5387

Les panneaux ci dessus sont pour moi une parfaite allégorie du Japon. On ne sait jamais quelle direction prendre ! Un peu comme dans cet horrible Disney, Alice au pays des merveilles…

On y trouve en plus des tulipes (j’aime bien les tulipes).

IMG_5394

IMG_5397

IMG_5418

IMG_5436

Hier, je vais faire un tour à Odaiba. C’est un quartier étrange, un peu en extérieur de la ville car construit sur l’eau. On y accède par métro aérien, mais on peut aussi traverser le pont à pied sur deux kilomètres. J’ai fait les deux, c’est plutôt sympa. Le quartier est agréable, peu fréquenté, avec beaucoup de centres commerciaux atypiques.

IMG_5557

IMG_5586IMG_5595

IMG_5597

IMG_5604

IMG_5613

IMG_5621

IMG_5632

Je suis également tombée sur ce magasin de produits de beauté, dont le nom m’évoque, au choix, une maladie de peau ou le serial killer du Silence des agneaux…

IMG_5639

IMG_5644

IMG_5652

IMG_5663

Aujourd’hui, je suis partie en quête d’une veste en jean. Je n’en ai pas portée depuis l’époque ô combien vestimentairement douteuse des années 90, mais à force d’en voir sur toutes les japonaises, je me suis laissée tentée (oui, je peux être terriblement influençable, tristesse). Après avoir fait beaucoup trop de magasins et en avoir essayé une cinquantaine, j’ai trouvé la perle rare à Gap. Car sachez le, trouver une bonne veste en jean n’est pas si évident. Il faut prendre en compte la coupe, la taille, la couleur, le type et la souplesse du tissu. Tout en restant dans des prix raisonnables. Une quête difficile, mais fructueuse !

Demain, je passerai ma dernière journée au Japon dans un salon de tatouage et au studio Ghibli ! Ces deux activités risquent de creuser un gros trou dans mon budget, mais YOLO, comme disent les djeun’s ! Ah, et j’ai presque fini le dernier tome de 1Q84, I love it!